Goldstadtpokal 2010

Pforzheim (Allemagne)


Il y a des compétitions IDSF dont on se dit qu'elles n'ont rien à envier aux compétitions professionnelles tant le spectacle est de qualité. Le Goldstadtpokal (littéralement : « le trophée de la ville ») est de celles-là.

Le samedi 30 janvier 2010, et pour la 49e fois, se tenait dans la ville de Pforzheim un open IDSF international réunissant cette année 6 des 12 demi-finalistes des derniers championnats du Monde IDSF de danses latines. Alexei Silde & Anna Firstova, champions du monde en titre, se sont retrouvés face à Zoran Plohl & Tatsiana Lahvinovich, vainqueurs du UK le 20 janvier 2010 ainsi que de l'open de Bercy le 23 janvier 2010. Etaient aussi présents les Russes Andrei Zaitsev & Anna Kuzminskaja (3e au championnat du Monde 2009), les Danois Martino Zanibellato & Michelle Abildtrup (finalistes des derniers championnats du Monde), les Allemands Timo Kulczak & Motshegetsi Mabuse (champions d'Allemagne) et les Français Charles-Guillaume Schmitt & Elena Salikhova.

 

 

Autant dire que le niveau était digne d'un championnat du Monde mais sans les inconvénients. En effet, la bonne humeur régnait parmi les couples qui n'ont pas hésité à jouer avec le public.

A ce niveau-là, il est bien difficile de départager les couples qui maîtrisent à la perfection les difficultés techniques. En réalité, tout se joue sur le style et surtout l'interprétation des danses.

1. Alexei Silde & Anna Firstova ont un style contrasté, alternant douceur en rumba, énergie en cha cha (le nombre de petits pas rapides est impressionnant), intensité en paso et originalité en jive. Leur meilleure danse ? La rumba, avec une nouvelle chorégraphie tout en finesse et en émotion. La justesse de leur interprétation associée à la classe d'Anna (absolument divine ce soir) les placent à juste titre en haut du classement.

2. Zoran Plohl & Tatsiana Lahvinovich ont développé une technique irréprochable. Tout leur corps semble habité par la musique. Le dos, le ventre, les hanches, les genoux, les chevilles : tout est méticuleusement étudié pour atteindre la perfection. D'où une impression de facilité qui n'est, bien sûr, qu'apparente. Zoran était particulièrement détendu ce soir et très en forme, visiblement heureux de challenger les couples russes.

3. Andrei Zaitsev & Anna Kuzminskaja ont misé sur un style énergique : leur danse est vive, incisive, percutante. Leur meilleure danse est sans conteste le jive où ils apparaissent infatigables. Anna a des jambes interminables et un coup de pied digne des ballets classiques. Un couple très apprécié du public, qui a abordé la compétition avec une forte détermination.

4. Vladimir Karpov & Maria Tzaptashvili : encore un style très différent et spécialement adapté à une danseuse très grande et particulièrement souple. Leur chorégraphie athlétique repose sur de larges mouvements très amples. Une danse impressionnante... (hauts développés à la seconde pour elle, 8 tours solo en rumba bras en couronne pour lui, trois enjambées et les voici déjà à l'autre bout de la piste)... pour ceux qui aiment.

5. Martino Zanibellato & Michelle Abildtrup : clairement, la mauvaise surprise de ce soir, car c'est la première fois qu'ils se font devancer par les Russes Karpov & Tzaptashvili. Il est vrai que le couple danois est encore déséquilibré, mais aujourd'hui, leur interprétation des danses a fait oublier les quelques imperfections techniques. Saluons en particulier la performance de Martino Zanibellato, absolument survolté durant toute la compétition, et qui a mis tout en Å“uvre pour mettre en valeur sa danseuse. Une vraie danse de couple (et mon coup de cÅ“ur de ce soir) qui aurait mérité un meilleur classement.

6. Yuriy Simachev & Anastasia Klokotova : une très belle surprise en revanche pour ce couple russe. Il y a quelques jours seulement, le 9 janvier 2010, Simachev terminait 7e au championnat de Russie, derrière Timur Imametdinov & Ekaterina Nikolaeva, 5e. Ce soir, au Goldstadtpokal, les rôles se sont inversés, Simachev accédant à la finale tandis qu'Imametdinov finissait 8e. Ce revirement de situation me semble contestable, au vu de la formidable prestation de Timur Imametdinov & Ekaterina Nikolaeva. Un classement qui restera à confirmer à l'avenir.

 

 

En demi-finale, Charles-Guillaume Schmitt & Elena Salikhova ont terminé 11e. Ce jeune couple français est aujourd'hui susceptible d'inquiéter bon nombre de ses concurrents. Les compétitions internationales sont l'occasion pour eux de se dépasser et ils ont abordé la compétition beaucoup moins détendus qu'à Bercy la semaine précédente. L'enjeu était de taille : se maintenir dans les 12 meilleurs couples mondiaux. Pari gagné ! Ils ont fait preuve d'une belle constance dans leur danse. Leur chorégraphie tournoyante (dans toutes les danses), très marquée au sol et accompagnée de finitions impeccables donnent à l'ensemble une dynamique remarquable. Leur meilleure danse : le paso-doble, profond et virevoltant.

Pour finir, signalons la très belle 6e place de George Sutu & Ludivine Brangbour dans la compétition youth par rapport au très haut niveau de la compétition.

 

Magalie Provost